Dans la série: Comment cultiver et entretenir vos sempervivum ?

Voilà un petit point sur: Quelle est la résistance des joubarbes au froid ?

Une des 1ières questions  des  personnes qui découvrent les Joubarbes est généralement : « Est-ce que ça gèle ? Faut-il que je les rentre en hiver?! Vous êtes sûr qu’elles ne craignent pas le froid ? »…

Beaucoup pense a priori que ces plantes qui sont des plantes grasses (aussi appelées plantes succulentes)  sont gèlives et nécessitent d’être mises à l’abri du gel l’hiver.

Que nini ! Pas du tout ! Elles ne craignent pas le froid ! Elles sont même très résistantes au gel ! Pourquoi sont-elles si résistantes au froid ?

Leurs origines pourraient suffire à vous convaincre pourquoi le gel ne leur fait pas peur. Elles sont en effet originaires des massifs montagneux Européens ou pour certaines des massifs du Sud et de l’Est de la Méditerranée. Dans ces massifs montagneux, on peut les retrouver jusqu’à des altitudes pouvant atteindre 2500 m au-dessus du niveau de la mer. A ces altitudes la neige est fréquente en hiver, elle est un élément non négligeable dans la protection des plantes d’altitude contre le froid en créant une couche isolante. Mais contrairement à d’autres plantes alpines  il n’est pas rare de rencontrer les joubarbes sur des arêtes rocheuses, des surplombs, ou dans de fortes pentes … tous des environnements où l’enneigement peut localement être faible et/ou non permanent, les sempervivum ne bénéficient alors pas de la couche protectrice du manteau neigeux.

 

 Sempervivum arachnoideum Alpes Ete Sempervivum tectorum Alpes Ete

Des joubarbes dans la nature en Juillet (massif des Ecrins) positionnées sur des arêtes rocheuses ou dans de fortes pentes (Sempervivum arachnoideum et S. tectorum)

  

 Environnement où poussent les sempervivum Alpes hiver Sempervivum montanum Alpes Hiver Sempervivum montanum dans la neige Alpes Hiver

 

Des joubarbes dans la nature  en plein hiver (massif de Belledonne 1950 m) positionnées sur des rochers où la neige a été chassée par le vent (Sempervivum montanum)

Ils ont donc développé des stratégies morphologiques et physiologiques qui leur permettent de résister aux conditions difficiles notamment aux basses températures. Ils sont capables de résister à des températures descendant en dessous des -20°C sans broncher.

Joubarbe givée

Rosettes de joubarbe givrées

Cette résistance résulte d’une réduction de la turgescence des cellules c’est-à-dire que les cellules se débarrassent d’une partie de leur eau concentrant le contenu cellulaire (sucres, sels, enzymes…)  abaissant ainsi la température de prise en glace de l’eau (c’est le même phénomène que l’on rencontre lorsque l’eau pure gèle à 0°C alors que l’eau avec 10% de sel ne gèle qu’à -7°C et avec 23% de sel l’eau ne prend en glace qu’à -21°C) .

Joubarbe gelée

Rosettes de Sempervivum gelées

Toutefois ATTENTION, les joubarbes comme beaucoup d’êtres vivants ne supportent pas les changements brutaux !! Des plantes en pleine croissance soumises à un gel, même modéré (-5°C)  peuvent ne pas apprécier et voir même en mourir. Les plantes soumises aux intempéries adaptent peu à peu leur physiologie et mettent naturellement en place un processus d'endurcissement qui conduit à la réduction de la turgescence cellulaire afin de leur permet de résister aux conditions météorologiques plus rudes que peuvent représenter les basses températures hivernales  (mais aussi les fortes températures et les intenses rayonnements solaires estivaux). Mais ce processus d’endurcissement n’est pas instantané il faut donc que le changement soit progressif pour que la plante puisse avoir le temps de s’adapter.

En pratique pour permettre aux joubarbes de s’adapter progressivement à la venue de l’hiver je vous recommande donc surtout de:

-NE PAS apporter d’ENGRAIS après le mois de Juillet (voir plus tôt si vous habitez dans une région ou le retour de l'hiver est précos) ce qui inciterait la plante à pousser au risque de ne pas se mettre au repos suffisamment tôt avant le retour du froid

-NE PAS rentrer les joubarbes à l’intérieur ou en serre pour ensuite les remettre dehors avant la fin des gelées

- Laisser faire la nature en laissant vos plantes à l’extérieur et tout se passera bien (voir aussi mes conseils sur le substrat recommandé)